Sibérie Tropicale

Sibérie Tropicale : Premier et unique rendez-vous avec Canton, à l’occasion d’une résidence de 3 semaines au Musée des Arts du Guangdong, Chine, octobre 2006. J’ai envisagé ce voyage comme un repérage, un premier contact avec un monde inconnu, pensant y revenir plus tard avec un projet documentaire consacré à l’un des quartiers populaires découverts lors de ce premier passage.

Par où commencer l’exploration d’une mégalopole tentaculaire? En partant des zones périphériques, remontant vers le centre ville, le long de la Rivière des Perles et de ses nombreux canaux, dans une atmosphère brumeuse d’humidité et de pollution, j’ai photographié des terres en défrichement, des paysages agricoles, industriels, des immeubles en construction, des travailleurs et des habitants de quartiers populaires. Les cantonnais rencontrés lors de mes pérégrinations dans ces zones excentrées se sont montrés très accueillants. Plusieurs fois, ils m’ont invitée à prendre le thé, à partager un repas, dans la rue ou chez eux. Par des sourires, des rires et des gestes, le contact s’est fait naturellement.

Dans un second temps, j’ai exploré les principaux quartiers du centre ville afin d’avoir une vision plus complète de cette ville, pleine de contrastes saisissants, parfois vertigineux.

Le titre de ce recueil photographique provient d’un passage de Antimémoires d’André Malraux qui décrit Canton en ces termes : « Malgré les bananiers, malgré la chaleur, je reconnais le monde russe de l’immensité… De ma fenêtre, des usines et des bâtiments d’une Sibérie tropicale, jusqu’à un horizon de cheminées que la vieille pagode domine toujours.  » Les paysages vers lesquels je serais naturellement revenue ressemblent à ceux qu’évoque Malraux.